Où faire du paddle à la Rochelle et ses environs :

Les rivages d’Aytré La Rochelle offrent de superbes environnements où pratiquer le paddle.

La plage d’Aytré

Très protégée elle est idéale pour la pratique du Paddle.
La plage, longue de 3,5 kilomètres, est constituée de sable fin et forme une large anse peu profonde (idéale pour la pratique des sports nautiques) entre deux promontoires calcaires. Elle est dénommée Anse de Godechaud.
Au Sud de l’anse vous pourrez prendre la direction de la pointe du Chay. Au Nord de l’anse vous longerez les falaises en direction de la pointe de Roux qui prolonge la pointe des Minimes.
Mais pour une découverte de l’activité il sera plus simple de rester dans l’anse.

Vous pourrez pratiquer 3 heures avant et trois heures après la pleine mer.


Les Minimes

La mise à l’eau s’effectue à droite du poste de secours, de là vous pouvez partir en direction du Nord /Est vers le vieux port ou direction Sud vers le Phare du bout du monde.
Après le Phare, en longeant la falaise en direction du sud, une belle ballade s’offre à vous et pour les plus courageux vous pouvez rejoindre la baie d’Aytré.
A pratiquer de préférence à marée montante et éviter les petits coefficients.

Important : se munir de chaussons (attention aux huîtres !)


Angoulins

La bordure littorale d’Angoulins, qui correspond aux dernières extrémités de la plaine de l’Aunis, est relativement variée, elle fait alterner des côtes basses (côtes sablonneuses et côtes marécageuses) et des côtes assez élevées (falaises calcaires).
Les côtes basses, où se trouvent d’anciens marais salants aujourd’hui transformés en claires à huîtres (marais nord de la pointe du Chay), sont issues des épanchements du Quaternaire ; ceux-ci correspondent à des apports sédimentaires d’origine marine, issus de la dernière transgression flandrienne. La côte sablonneuse est située dans une petite anse formée naturellement par les phénomènes de l’érosion marine et des courants marins (plage d’Angoulins, au sud de la pointe du Chay).
En partant du petit port d’Angoulins vous remonterez vers le Nord en direction de la pointe du Chay en longeant les falaises ou vous partirez vers le sud en direction de Chatelaillon.

A pratiquer de préférence à marée haute !
Si le vent est orienté au Nord vous resterez à l’abri, le long des carrelets.


Le Canal de Rompsay

Le Canal de Rompsay

On l’appelle à Périgny le « canal de Rompsay ». C’est en réalité le canal de Marans à La Rochelle.
En projet dès le XVIIIème siècle, la voie d’eau qui devait permettre de relier Paris à La Rochelle par le canal de Briare, la Loire, la Vienne et le Clain, allait commencer par le creusement d’une rivière de Niort à La Rochelle.
Le baron de Chassiron en avait présenté le projet au Conseil des Anciens, Napoléon  décida sa réalisation par un décret du 28 messidor an XIII (17 juillet 1805), mais les travaux, qui commencèrent aussitôt, durèrent 80 ans et le canal était devenu obsolète dès sa mise en service ! Dès 1871, la voie ferrée La Roche sur Yon – La Rochelle qui empruntait ses berges était opérationnelle.
Construit jusqu’au milieu du siècle par des forçats (Espagnols et Italiens encasernés pour la plupart au « Château Milan », sur la route de Rompsay à Dompierre),  pour ses travaux les plus pénibles, comme le creusement des 800 m du tunnel Saint-Léonard, le canal connut de nombreuses vicissitudes, nécessitant des ouvrages d’art compliqués comme des écluses implantées en plein marais et dut faire face à des problèmes inattendus, comme l’assèchement des puits de Rompsay et de Chagnolet par exemple.
La navigation ne put y commencer qu’en 1884 et le traffic s’estompa jusqu’en 1900 pour définitivement s’arrêter en 1914. Il faut dire que le voyage par bateau à fond plat hâlé par un cheval ou à mains d’hommes durait 8 heures de Marans à La Rochelle et il fallait compter 5 jours pour pousser jusqu’à Niort. Un vapeur, le Brieux, y navigua pourtant  pendant quelques années.
Devenu la propriété du Conseil Général de la Charente Maritime depuis 2007, le canal constitue un lieu très prisé des promeneurs, des pêcheurs et des sportifs qui sont nombreux à parcourir ses berges.

Une sortie facile en famille sans contrainte de marées et de vent pour découvrir une face cachée de la Rochelle.